Revue de Presse

Brooklyn dans les Balkans ? Vers l’EST ! : Le Festival ”Jazz au delà des Frontières”. Notes Suaves (par Novel Rhode)

A l’ Ouest rien de nouveau? Ainsi, l’ avangarde du jazz à New York peut constater que son attention est attirée, depuis des années, vers la musique d’Europe de l’Est. Elle pourrait être inspirée d’abord du Klezmer, en plus de la musique tzigane traditionnelle, ce qui efface partiellement sa connotation balkanique. Dans le même temps, Guenther HUESMANN, qui est le grand manitou artistique de  “Jazz Across the Border” (‘’Jazz au delà des Frontières’’) affirme que seules des raisons musicales sont derrière le slogan des festivals de cette année :’’ Le NOUVEL EST’’ , et que ” cela n’a rien à voir avec le fait que les Balkans sont à la une des journaux actuels”. C’est plutôt le fait que cette touche de Blue Jazz et d’expression tonale – habituellement attribuée exclusivement au jazz Américain – appartient, en fait, depuis des centaines d’années à la musique de l’Est ‘’.

Cette affinité entre le Jazz américain et la musique de l’Est a apporté un nouveau souffle musical qui reste encore ignoré des grandes sociétés de production de disques.

 Néanmoins, cette nouvelle vague peut continuer de grandir par elle-même. HUESMANN laisse à penser par des sous-entendus qu’également pour cette année : ‘’ Nous ne voulons par des choses  établies, mais plutôt des projets à mettre en avant et de permettre des développements musicaux connexes’’. Les nombreuses réunions musicales improvisées, qui se déroulent sur deux semaines ; laissent espérer de tels développements. Et cela va bien au delà de l’Oural ou de l’Inde.

Et c’est de cette manière que le souvenir de la réunion de Shakti pourra s’inscrire dans l’Histoire musicale, qui a déjà uni musique classique indienne avec le jazz depuis 25 ans dans les festivals – et qui a permis de renouveller cette réunion. Les deux vétérans de la réunion de Shakti – John McLaughlin (guitare) et Zakir Hussain (tabla) -, qui, avec deux autres musiciens indiens venus à Berlin, se sont affranchis du label Jazz et, encore plus fortement qu’auparavant, mettent en avant leur propre style selon le terme Indien « Shakti’’: à savoir “intelligence créative, beauté et force”.

Abou Khalil, qui attire le public du jazz avec ses compositions pleine de charme et un sens prononcé tant pour les arabesques musicales et des mélodies raffinées, a enfin pu réaliser un de ses plus grand désir… . Pour la première fois, Rahib Abou Khalil a pu jouer avec le virtuose Bulgare du Kaval (flûte rustique de berger) Théodosii SPASSOV. Un tel échange ne signifie en rien une perte d’idendité des différentes origines et sources musicales. Comme les fines couleurs de la faîence dans le feu, leurs jeux respectifs ne se dissolvent pas comme le fait la dernière couche de laque avec les couleurs brutes de la faience ….

D’un autre côté, les musiciens de différentes cultures amènent souvent sur scène de nouveaux sons dans le monde musical. “Si l’on demande au public d’où provient notre style musical, la réponse est souvent : de Brad SHEPIK du groupe PACHORA qui figure comme l’un des pionniers du jazz des Balkans et du jazz Oriental sur les scènes de New York”.  Nous leur répondons : de Brooklyn à Aujourd’hui ! Le Jazz : une porte vers l’universalité ?

 Sûrement si l’on conserve une appréciation mutuelle et seulement si l’on évite les confusions. Les fusions n’existent que dans les tubes de tests de laboratoires ou avec les grandes sociétés commerciales, certainement pas dans la musique !

Ici, souffle un vent d’Est unique. Le festival ‘’Jazz Across the Borders’’ (le Jazz au delà des frontières) se tient du 11 au 19 Juin à la Maison des Cultures du Monde.

© 1998 publishing house of the DAILY

Retour à la Liste Revue de Presse

Théodosii SPASSOV